Prix Audace 2016 : Interview avec Marion Roucher, fondatrice de La Capitainerie

Marion Roucher a créé la Capitainerie, une crêperie ambulante aux couleurs bretonnes. Elle parcourt les festivals et les évènements de la Bretagne pour nous faire découvrir des crêpes savoureusement authentiques. Lauréate du Prix Audace 2016 de la région Ouest, elle nous fait partager sa passion pour la gastronomie locale et nous fait revivre son aventure entrepreneuriale.

Question 1 : Bonjour Marion. Pouvez-vous nous expliquer votre parcours et nous dire d’où vous venez ?

Originaire de Brest, je viens d’une famille de voyageurs. Très tôt, j’ai commencé à voyager avec mon sac à dos. J’ai vécu en Afrique, en Guyane, à la Réunion, en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Indonésie. Au total, j’ai vécu plus de 9  ns à l’étranger.

En  2015, je suis rentrée en Bretagne avec le désir de créer une activité en lien avec la gastronomie bretonne. La gastronomie est quelque chose qui m’a toujours passionnée dans tous mes voyages. J’aime partir à la découverte de nouvelles cultures et de la gastronomie locale de chaque pays, et même en France qui est un très beau pays. Et les crêpes sont une évidence pour la gastronomie bretonne.

Question 2 : Pouvez-vous nous présenter votre activité et votre concept ?

« La Capitainerie » est une crêperie ambulante dont le concept a été créé au début du printemps 2015.

En fait, je projetais d'exercer mon entreprise comme un Food truck classique. Et contre toute attente, mon activité a attiré une nouvelle clientèle liée au mariage !

Maintenant, la Capitainerie se consacre à l’évènementiel (salons, festivals, mariages, vins d’honneur et repas de fin d’année) dans toute la Bretagne. Je mets un point d’honneur à entretenir une dynamique locale en proposant des produits authentiques issus de l’agriculture bretonne. Comme je respecte aussi l’environnement, mes produits sont présentés dans des emballages biodégradables.

Tous mes plats sont cuisinés maison au maximum : de la pâte à crêpe jusqu’à la sauce (beurre salé, chocolat, chantilly...) et aux garnitures. Je le fais par conviction, pour m’adapter aux besoins de mes clients et pour le plaisir de créer !

Question 3 : Qu’est-ce qui se cache derrière le nom de votre société ?

Originaire de Brest, je suis très liée à la mer. De plus, j’ai beaucoup vécu sur les bateaux au travers de mes nombreux voyages. Le nom « Capitainerie » révèle l’univers des marins, l’atmosphère de la mer et l’identité bretonne.

La caravane et la présentation de mes plats sont décorées aux couleurs de la Bretagne. Mon objectif est que ce lieu soit un régal pour les yeux et le palais.

Question 4 : Quel a été l’élément déclencheur de votre activité ?

La création d’une entreprise s’imposait comme une évidence !

Ma passion pour la gastronomie et les voyages, mon envie d’être indépendante m’ont amenée naturellement à me mettre à mon compte.

Ainsi, je prends un réel plaisir à faire découvrir la gastronomie bretonne aux gens. Je garde ainsi ma passion pour la plongée sous-marine pour mes vacances.

Question 5 : Pourquoi avoir choisi le statut d’auto entrepreneur ?

Au départ, j’avais hésité avec le statut de l’Entreprise Individuelle. Après avoir longuement étudié mon projet et évalué le secteur d’activité dans ma région, je me suis lancée dans l’auto-entrepreneuriat dès la première année. Cela m’a permis de tester mon entreprise et de démarrer l’activité rapidement.

L’auto-entreprise m’a aussi séduite par la facilité et la simplicité des démarches. J’ai même pu commencer les formalités depuis l’étranger.

Si l’activité n’avait pas fonctionné, je prévoyais de repartir à l’étranger. Heureusement, cela a marché pour moi dès la 1ère année !

Question 6 : Comment voyez-vous le futur de votre activité ?

Aujourd’hui, j’ai trouvé un bon équilibre entre mes 2 passions : la gastronomie et la plongée tout en continuant à voyager. Mes projets restent dans l’univers de la Capitainerie : je souhaiterais diversifier mes produits, offrir de nouvelles recettes dans la tradition locale et améliorer le confort de mon quotidien.

J’ai aussi le projet de rénover ma deuxième caravane pour répondre à toutes les demandes. Le jour où mon chiffre d’affaires s’approchera du seuil de 83 000 €, j'envisagerai une nouvelle manière de travailler mais toujours avec la même qualité de service.

Pour l'instant, j'avance à mon rythme. Car, même s’il m’arrive parfois d’embaucher en extra des crêpiers et des auto-entrepreneurs lors d’un mariage, j’attache une importance particulière à préparer tout moi-même pour proposer une cuisine savoureuse, de qualité, saine et dans l’esprit de la tradition locale !

Question 7 : Vos astuces pour vous faire connaître ?

Je gère toute seule ma propre communication : création d’un site internet, préparation des flyers, animation des réseaux sociaux.

Je suis sur Facebook et Instagram. Je publie régulièrement des photos, des posts pour montrer l’univers de la Capitainerie et partager la gourmandise de l’authentique crêpe bretonne. Je m’applique à publier des contenus de qualité, afin d’avoir un bon référencement. L’audience s’est ainsi déployée petit à petit.

Le bouche à oreille fonctionne bien. Dans les salons, les festivals, les mariages, les personnes communiquent bien entre elles. Celles-ci partagent beaucoup sur les réseaux sociaux, ce qui augmente la visibilité de mon activité.

La publication sur certains magazines m’apporte aussi une certaine notoriété.

Question 8 : Vos astuces pour entretenir votre réseau ?

Je suis très réactive sur les réseaux sociaux, en particulier sur Facebook. Je partage en photo tous les évènements auxquels je participe. Cela a créé du lien avec mon audience, ce qui est important pour développer ma notoriété.

Il existe aussi une petite communauté autour du thème du mariage (maquilleuses, coiffeuses, restaurateurs) sur Brest. On se retrouve tous aux mêmes évènements tout en respectant l’univers de chacun. Même si nous avons des fournisseurs communs, nous travaillons dans la même dynamique locale et dans le même état d’esprit solidaire.

Question 9 : Quelles sont vos sources d’inspiration pour développer votre entreprise ?

Mes voyages sont ma 1ère source d’inspiration ! J’essaie toujours de faire un voyage par an dans un pays différent. Les voyages me permettent de partir à la découverte des traditions culinaires des cultures locales.

Sinon internet reste le moyen de s’évader.

Question 10 : D'après vous, quelles sont les qualités pour réussir ?

La ténacité, la persévérance et la patience sont trois qualités essentielles pour se lancer dans l’auto-entrepreneuriat.

Question 11 : Qu’avez-vous appris sur vous en entreprenant ?

J’ai appris qu’on n’est jamais sûr de rien !

J’ai aussi appris à me remettre d’un échec et à continuer à aller de l’avant. Au début, j’avais envoyé 70 demandes d’emplacement. Au total, je n’ai reçu que 5 réponses dont 1 seule réponse positive. Il a donc fallu revoir ma stratégie et persévérer malgré les refus. J’ai continué à rechercher des lieux et à contacter des personnes pour leur proposer un rendez-vous. En partant de rien, il a fallu que j’apprenne à convaincre les gens de mon projet.

Mais une seule réponse positive m’a permis d’élargir mon réseau et de démarrer mon activité ! D’un seul coup !

Question 12 : Avez-vous rencontré des difficultés particulières ?

Les démarches administratives ont été assez compliquées à mettre en place depuis l’étranger. Je suis rentrée en France en janvier 2015 avec l’intention de démarrer mon activité assez rapidement. Mais pour des raisons administratives, cela a été beaucoup plus long. J’ai aussi entrepris des formations avec la chambre des métiers et au niveau de la sécurité et de l’hygiène.

Question 13 : Votre projet a t’il bouleversé votre vie personnelle ?

Pas forcément. Évidemment, je ne compte pas mes heures de travail et je n’ai pas mes week-ends de libre. Mon conjoint est aussi à son compte, donc on arrive à avoir une cohérence dans notre organisation. L’important est que je puisse continuer à voyager une fois par an.

Question 14 : Quels conseils donneriez-vous aux futurs auto entrepreneurs ?

  1. Savoir prendre du recul.
  2. Accepter de se remettre en question sur tous les aspects essentiels de son activité : la communication, le relationnel avec ses clients, ses produits...
  3. Innover ! Créer ! Sans cesse !
  4. Ne jamais se reposer sur ses acquis.
  5. Savoir écouter ses clients. Tout le temps !
  6. Dépasser sa zone de confort.
  7. Travailler ! Beaucoup ! Être à son compte exige de la ténacité et de la persévérance.
  8. Être sans cesse à l’affut de ce qui se passe et savoir s’adapter au changement de son environnement.

Question 15 : Un mot sur vos plus belles réussites ?

Mes plus belles réussites se présentent au quotidien. Cela va être le sourire ou la petite lettre de remerciement d’un couple de mariés. Ou le regard reconnaissant de mes clients. Ça, ce sont mes plus belles récompenses  !

Le travail n’est plus pour moi une contrainte mais un moyen de m’épanouir dans une activité qui me passionne vraiment et qui me donne une liberté et une flexibilité !

Question 16 : Un mot sur vos passions ?

J’aimerais créer un lieu atypique où les gens viennent en famille pour passer du bon temps. Mon rêve est aussi de continuer à voyager et à être surprise par mes découvertes.

Question 17 : Un livre que vous conseillerez aux créateurs d’entreprise ?

Le livre de Tom Ferris intitulé « La semaine de 4 heures ».

Il réussit à remettre en question le fonctionnement d'une société bien établie, alors qu’on peut tout à fait fonctionner différemment. Il préconise de penser en dehors « du bocal » et de dépasser nos habitudes ; et ce pour mieux en profiter !

<p>Marion Roucher a créé la Capitainerie, une crêperie ambulante aux couleurs bretonnes. Elle parcourt les festivals et les évènements de la Bretagne pour nous faire découvrir des crêpes savoureusement authentiques. Lauréate du Prix Audace&nbsp;2016 de la région Ouest, elle nous fait partager sa passion pour la gastronomie locale et nous fait revivre son aventure entrepreneuriale.</p>

0 commentaires

Commenter

 

Auteur

CIC

Le CIC est la banque d’une entreprise sur trois en France. Afin de mieux servir ses clients, elle met à leur disposition 2015 agences en France (Chiffres 2016), 3 succursales et 35 bureaux de représentation à l'étranger dédiés à l’accompagnement des entreprises françaises à l’international, plus de 19 000 collaborateurs.