Prix Audace 2016 : Interview avec Laurent Caron, fondateur de la biscuiterie CARON

Laurent Caron a créé la biscuiterie CARON, une entreprise artisanale pour les fins gourmets. Son activité, née d’une passion, repose sur la transmission de son savoir-faire et celui des producteurs locaux par l’intermédiaire de ses biscuits. Lauréat du Prix audace 2016 de la région Sud Est, Laurent nous explique son parcours et nous livre ses conseils pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale.

Question 1 : Bonjour Laurent. Pouvez-nous expliquer votre parcours et d’où venez-vous?

Bonjour. Je suis originaire de Lille. J’ai arrêté l’école en 4e pour partir directement à Bruxelles faire un stage de pâtisserie pendant 3 ans. Après un perfectionnement en pâtisserie et en chocolaterie chez les compagnons du devoir et des emplois dans plusieurs villes de France, je suis parti en Angleterre pendant 3 ans pour apprendre l’anglais. Là-bas, j’ai travaillé dans un grand hôtel à Marlow, une petite ville située dans l’ouest de Londres où sont organisées les courses de régate. J’ai même cuisiné pour la Reine d’Angleterre. J’ai aussi remporté une compétition de dessert sur assiette à Birmingham. C’était une très belle époque.

Ensuite, mon parcours m’a emmené à Bora Bora en Polynésie pour travailler au Méridien en qualité de chef pâtissier pendant 3 ans.

Les voyages ont été des expériences enrichissantes tant sur un plan professionnel que sur un plan culturel.

De retour en France, après avoir travaillé avec un ancien collègue dans une grande boulangerie pendant 4 ans, je suis parti m’installer dans le Languedoc Roussillon avec mon épouse. C’est là-bas que j’ai décidé de me lancer dans l’entrepreneuriat pour ouvrir une activité artisanale. Cette activité correspond à mon souhait de concilier ma vie familiale et professionnelle.

Question 2 : Pouvez-vous nous présenter votre activité et votre concept ?

Mon concept est de trouver une synergie entre la Biscuiterie CARON et les producteurs de la région. En incorporant les produits du terroir dans mes biscuits, je souhaite mettre en valeur leurs spécialités.

Par exemple, la Biscuiterie propose un croquant au piment doux des Cévennes pour l’apéritif grâce à un producteur local, du pain d’épices, des langues de chat au miel de châtaignier grâce à un apiculteur de la région, et des croquants aux olives, car c’est la région.

Question 3 : Qu’est-ce qui se cache derrière le nom de votre société ?

Derrière la Biscuiterie CARON, se cache tout l’aspect de la transmission du savoir-faire qu’on m’a inculqué.

La Biscuiterie CARON révèle aussi ma volonté d’assurer la transmission des produits locaux par l’intermédiaire de mes biscuits, avec leurs différents aspects gustatifs composés d'une variété de textures différentes : du moelleux, du croustillant et du croquant.

Question 4 : Quel a été l’élément déclencheur de votre activité  ?

L’élément déclencheur de mon activité a été l’envie de me rapprocher de ma famille et de voir plus souvent mes enfants. Comme je suis très créatif, je souhaitais également être plus libre plutôt que d’être enfermé dans un emploi de salarié dans lequel on ne peut pas trop s’exprimer.

Question 5 : Pourquoi avoir choisi le statut d’auto-entrepreneur ?

Je n’ai pas du tout hésité à choisir ce statut. Un fonds de commerce en pâtisserie avec 2 ou 3 employés coute cher et représente beaucoup de risques. Je n’avais pas envie de me lancer dans ce type de structure. L’auto entreprise offre l’avantage de pouvoir se lancer tout seul et de bénéficier d’un apprentissage progressif tout en évoluant.

Question 6 : Comment voyez-vous le futur de votre activité ?

Mon premier magasin va ouvrir au mois de novembre avec un laboratoire tout neuf. Les gens pourront venir choisir et acheter les produits de leurs choix.

Mes clients sont majoritairement des professionnels : ce sont des épiceries qui revendent mes produits, ce sont des entreprises qui recherchent des cadeaux pour les fêtes de fin d’année. Alors j’essaie d’équilibrer la tendance. Le but, en ouvrant mon magasin, est de proposer un point de vente pour les particuliers.

À terme, le but est de me franchiser, d’avoir un centre de production, et d’ouvrir 3 magasins dans la région, pour ensuite me consacrer au développement de ma chaîne YouTube. Elle sera une activité annexe à mon entreprise pour proposer aux particuliers des formations en pâtisserie et des conseils pour des recettes.

Comme je fais tout moi-même (la cuisine, la négociation, l’organisation et la gestion des commandes), je prévois d’embaucher en 2018.

Question 7 : Vos astuces pour vous faire connaître ?

Avant de lancer la Biscuiterie, j’ai beaucoup communiqué sur mes projets et mes travaux dans mon blog. Je suis en train de faire exactement la même chose avec le nouveau magasin qui va s’ouvrir au mois de novembre. J’informe les gens de ce qui se passe. J’ai communiqué sur l’état d’avancement des travaux du magasin. Cela crée une communauté, et tout le monde y participe.

Les réseaux sociaux s’avèrent essentiels pour se faire connaître. Il y a un potentiel énorme dans l’artisanat, mais les gens ne sont pas assez présents sur les réseaux sociaux !

Ma présence forte sur les réseaux sociaux m’a permis de me faire remarquer par des chaînes locales et nationales. Instagram fonctionne très bien en raison des visuels qui racontent l’histoire de mes pâtisseries et de mon activité, mais les visiteurs ne sont pas toujours des locaux. En revanche, Facebook m’a permis de me faire connaître auprès de mes futurs clients par leur proximité géographique.

Les marchés régionaux ont été essentiels pour le développement de mes ventes. Le contact en direct avec des personnes qui travaillaient dans des épiceries fines et avec les cavistes a favorisé la vente de mes produits.

Mon activité artisanale a ensuite pris de l’ampleur avec le bouche à oreille. Ma présence auprès des maisons de terroirs (associations de producteurs locaux) et des locavoriums (boutiques qui ne vendent que des produits locaux) a aussi pu mettre en avant mes produits.

Question 8 : Vos astuces pour entretenir votre réseau ?

Mon blog (et bientôt ma chaîne YouTube) me permet d’entretenir mon réseau.

Il faut tenir en haleine les clients ! Le lancement de nouveaux produits et l’organisation de concours pour gagner quelques paniers gourmands attire beaucoup de monde, et incite l’audience à s’impliquer dans mon activité.

Sur mon site, je vais lancer une nouvelle gamme de biscuits, différente de celle que je fais actuellement. Elle présentera des nouveaux produits avec des noms originaux : un caramel aux amandes qui va s’appeler « Le Frustrant », une autre gourmandise : « l’Inmangeable ».

Je mets en avant ces nouveaux produits sur mon blog, tout en communiquant sur les réseaux sociaux, afin de mesurer l’impact de leur originalité.

Question 9 : Quelles sont vos sources d’inspiration pour développer votre entreprise ?

Je suis les chefs pâtissiers sur Instagram et les nouvelles tendances. Je lis beaucoup de livres de pâtisseries. Je regarde des tutoriels sur YouTube, et tout cela, en travaillant !

Question 10 : D'après vous, quelles sont les qualités pour réussir ?

  1. Être passionné ! Savoir entretenir et cultiver sa passion régulièrement.
  2. Être innovant.
  3. Être persévérant.
  4. Être dans l’action ! Agissez et osez ! Plus on attend, plus on a d’excuses. Plus vite on passe à l’action et mieux on se sent !
  5. Dépasser sa zone de confort.
  6. Être curieux et attentif aux nouvelles évolutions.
  7. Savoir s’entourer de personnes passionnées, enthousiastes et optimistes. Cela aide à cultiver sa passion. Puis le conditionnement de l’entourage y fait beaucoup. Selon les gens qu’on fréquente, on est tiré vers le haut ou vers le bas.

Question 11 : Qu’avez-vous appris sur vous en entreprenant ?

Beaucoup de choses ! Cela m’a appris à me structurer, à acquérir des connaissances dans le domaine de l’entreprise. Cela m’a inculqué la persévérance et le courage d’aller au contact des gens. Au final, j’ai réalisé que beaucoup de choses sont possibles quand on ose !

Question 12 : Avez-vous rencontré des difficultés particulières ?

Non, je n’ai pas rencontré de difficultés particulières. Tout s’est enchainé correctement. Le seul souci que j’avais était la production. Il fallait que je me trouve un laboratoire. J’ai donc pris contact avec la chambre des Métiers pour faire les choses dans les normes. J’aurais aussi aimé davantage être conseillé dans l’organisation de l’entreprise.

Question 13 : Votre projet a t’il bouleversé votre vie personnelle ?

Oui en bien ! Je vois mes enfants beaucoup plus souvent. Comme je travaille à côté de la maison, je suis davantage disponible pour la famille.

Dans le cadre du développement de l’entreprise, je fais très attention à conserver les mêmes horaires afin de pouvoir conserver le même temps libre. Cet équilibre entre ma passion et ma vie de famille est primordial pour moi.

Question 14 : Quels sont vos conseils aux futurs auto entrepreneurs ?

  1. S’informer et se former sur les différents aspects de la création, de la gestion et du développement de l’entreprise (les marchés, la comptabilité...).
  2. Tester et mesurer l’impact de son idée avant de la créer. C’est primordial ! Le but est d’être rentable. Cela évite de perdre du temps.
  3. Se lancer et passer à l’action après s’être assuré que son produit plaît.
  4. Être à l’écoute des gens : Écouter ce que les gens veulent plutôt qu’écouter ce qu’on a envie de faire.
  5. S’entourer d’autres auto-entrepreneurs et des personnes qui sont dans le même secteur d’activité. Cela donne des idées et cela peut faire évoluer les projets déjà en place.

La vie d’entrepreneur est une renaissance ! Être auto-entrepreneur est une aventure passionnante. C’est une forme de liberté même s’il y a des contraintes.

Question 15 : Quelles sont vos plus belles réussites ?

  • Le dessert pour la reine d’Angleterre : une charlotte royale à la vanille avec une rose en sucre dessus. !
  • Mon embauche au Méridien en Polynésie : à Bora Bora. Il y avait tellement de gens.
  • La biscuiterie
  • Le Prix Audace de l’année dernière. Je ne m’y attendais pas. Ce prix a accéléré mon évolution.

Question 16 : Un mot sur vos passions ?

Mes passions sont : la pâtisserie, la lecture, la Biscuiterie et la course à pied.

Question 17 : Votre plus grand rêve ?

Passer du temps avec la famille tout en ayant une activité rentable.

Question 18 : Un livre qui vous a inspiré ? Les lectures que vous conseillerez aux futurs créateurs d’entreprise ?

Le livre « Merci et bravo ! » de Philippe Bloch.

Ma bible est le livre intitulé « Le personal MBA » de Josh Kaufman et d’Olivier Roland. Ce livre est un panorama complet sur les pratiques et les connaissances pour acquérir les mêmes bases.

Enfin le livre « La semaine de 4 heures » de Tim Ferris. Il y a de bonnes idées à prendre mais si tout ne peut pas être automatisé.

0 commentaires

Commenter

 

Auteur

CIC

Le CIC est la banque d’une entreprise sur trois en France. Afin de mieux servir ses clients, elle met à leur disposition 2015 agences en France (Chiffres 2016), 3 succursales et 35 bureaux de représentation à l'étranger dédiés à l’accompagnement des entreprises françaises à l’international, plus de 19 000 collaborateurs.