Parcours d’entrepreneur : Interview d’Hervé Kratiroff

Co-gérant de la société « Solexia », Hervé Kratiroff est un entrepreneur dans l’âme. Passionné, il partage avec nous son expérience, ses réussites, ses difficultés et nous donne ses conseils pour entreprendre aujourd’hui.

1 - Vous et votre société

Question 1 : Qui se cache derrière « Solexia » ?

Il y a moi et Eric Versini, mon associé depuis 2007. L'activité de « Solexia » devenait de plus en plus importante et après 4 ans d’activité seul, j’avais besoin d’un associé.

Question 2 : Quel est votre parcours et d’où venez-vous ?

J’ai une formation universitaire d’expert-comptable. À la fin de mes études, j’ai passé un an dans une banque d’investissement. Je me suis rendu compte que je n’étais pas du bon coté de la barrière, j’étais davantage curieux des domaines d’innovation des entreprises que des problématiques financières. Je voulais entreprendre, alors en 1992, j’ai créé une entreprise dans le monde de l’immobilier et je l’ai gardé pendant 10 ans.

Question 3 : Comment vous est venue l'idée de créer « Solexia » ?

En 2003, grâce à ma société dans l’immobilier, j’avais des moyens financiers pour créer une nouvelle entreprise. Je voulais racheter des entreprises pour les faire évoluer et fructifier. J’ai démarré avec une première entreprise dans la salaison. « Solexia » était née !

Je suis passionné par l’entreprise. Mon intérêt est que les gens qui sont dans l’entreprise soient épanouis. Grâce à une nouvelle forme de management, les gens sont plus investis dans leur entreprise. Pour moi l’entreprenariat c’est permettre aux salariés de l’entreprise de s’épanouir et de s’investir. Pour y parvenir, je me remets en cause quotidiennement.

Question 4 : Pourquoi avoir choisi ce nom ?

Je l’ai inventé, j’aimais la notion du mot soleil !

Question 5 : Parlez-nous un peu de votre entreprise !

Avec « Solexia », je rachète des entreprises familiales, qui fonctionnent bien et ne présentent pas de risques particuliers. En général, elles ont moins de 50 salariés pour éviter une lourdeur et des contraintes. Après le premier rachat de la salaison en 2003, j’ai ensuite racheté 3 entreprises différentes par an toujours autour de l’agro-alimentaire ou de l’art de la table.

Je vis mes nouvelles aventures en rachetant de nouvelles entreprises. Ce sont des aventures humaines qui me vont vibrer et me passionnent. Je consacre physiquement une demi journée par semaine par entreprise.

Question 6 : Et si c'était à refaire, que changeriez-vous ?

Je suis un homme d’avenir, je regarde devant. Je n’ai ni regret, ni remord. Je tire cependant des enseignements de nos erreurs.

2 - Vous et l'administratif

Question 7 : Comment avez-vous financé votre société ?

Grâce à ma société dans l’immobilier créée en 1992, j’avais les fonds nécessaires pour le rachat de la première société au nom de « Solexia ». Et ensuite j’ai pu être accompagné financièrement par les banques car j’avais déjà une société qui marchait bien. Il y a un effet boule de neige qui me donne une solidité et une assurance financière.

Question 8 : Quel statut avez-vous choisi pour débuter ?

J’ai d’abord créé une SARL puis nous avons muté en SAS en 2007 lors de l’association.

Question 9 : Comment vous êtes-vous fait accompagner ?

Je me suis fait accompagner par un ancien de mes enseignants à l'université Alain Martinet, professeur de stratégies d’entreprise. Il m’a fait la matrice d’acquisition, et m’a ainsi aidé à faire ce que je fais aujourd’hui.

3 - Vous et l'entrepreneuriat

Question 10 : Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui veulent se lancer dans entrepreneuriat ?

Mon conseil est ultra-simple : l’envie et la passion et surtout pas par défaut.

On entreprend parce qu’on en rêve, car l’entreprenariat, c’est au départ beaucoup de problématiques, de doute... Mais une fois cette étape passée, c’est que du bonheur, et on n’oublie jamais ça.

Question 11 : Que préférez-vous dans l'entreprenariat ?

L’excitation de l’aventure, humaine avant tout, grâce à mes équipes.

La prise de recul lors des gros stress pour bien vivre les évènements.

Question 12 : Quelles ont été les difficultés rencontrées lors de votre lancement et au cours de votre parcours d'entrepreneur ?

J’ai vécu 2 échecs. Ce n'était pas un échec humain, mais plutôt une mauvaise perception du modèle économique, et donc des choix de gestion et d’organisation qui n’ont pas « matché ».

Question 13 : Vos plus belles réussites ?

Humaines avant tout, l’osmose avec les équipes dans des domaines que je ne connaissais pas. J’étais très clair, je leur demandais de m’apprendre leur métier. Cela crée une proximité, une relation de confiance. Je fais des choix, mais avant tout des choix d’équipe.

Il y a une entreprise dont j’ai triplé le Chiffre d’Affaires, j’en suis très fier. On a gardé le modèle économique, mais nous avons apporté des modifications sur tout ce qui entourait le produit (communication, marketing) et cela nous a permis de développer l’activité.

Question 14 : Qu'avez-vous appris sur vous en entreprenant ?

J’ai appris que mon point fort, c’est d’être organisé et très performant. J’ai une grande capacité d’anticipation et d’organisation, y compris dans ma vie familiale et amicale.

4 - Vous et les entrepreneurs

Question 15 : À titre personnel et/ou professionnel, quels sont les livres, émissions ou autres que vous recommanderiez à des entrepreneurs en devenir ?

Pour rester connecté je lis « Les Échos ». Cela me permet d’être en phase avec les thématiques business, aussi bien sur mon propre secteur d’activité mais aussi sur un plan plus large. Je m’inspire de ce qui se fait. Les éditoriaux ont beaucoup d’intérêt pour moi. Cela me permet d’être à la page et en phase avec les innovations.

Question 16 : Avez-vous beaucoup d'entrepreneurs dans votre entourage ?

Pas tant que ça. J’en côtoie lorsque je vais à certaines réunions ou conférences. Je ne fais pas partie d’associations d’entrepreneurs.

5 - Vous et vos passions

Question 17 : Quels sont vos passions et passe-temps ?

La cuisine et les vins, notamment les vins de Bourgogne. J’ai d’ailleurs beaucoup d’amis vignerons dans cette région. J’aime aussi beaucoup le sport, je pratique le tennis, le foot en salle, le ski. J’arrive à tout concilier.

Question 18 : Que vouliez-vous faire quand vous étiez enfant ?

Pâtissier ! Je rêvais de ça, je faisais des pâtisseries tous les week-ends.

Question 19 : Quel est votre plus grand rêve ?

J’ai la chance de réaliser mes rêves et j’en suis très heureux !

Il faut réussir à vivre épanoui et heureux, c’est ce que j’enseigne à mes enfants chaque jour.

0 commentaires

Commenter

 

Auteur

CIC

Le CIC est la banque d’une entreprise sur trois en France. Afin de mieux servir ses clients, elle met à leur disposition 2015 agences en France (Chiffres 2016), 3 succursales et 35 bureaux de représentation à l'étranger dédiés à l’accompagnement des entreprises françaises à l’international, plus de 19 000 collaborateurs.