Les jeunes et le travail : salarié ou à son compte ?

À l’occasion du 24e Salon des Entrepreneurs de Paris, OpinionWay a réalisé une étude pour l’Union des Auto-Entrepreneurs et la Fondation Le Roch-Les Mousquetaires. Réalisée auprès d’un échantillon de 1 006 jeunes, elle révèle la perception et les attentes des jeunes sur l’entrepreneuriat et le salariat. Découvrez l’enquête.

Se mettre à son compte : un statut plus accessible pour les jeunes

Le CDI reste un objectif prédominant pour les jeunes (73%) en raison des avantages qu’il peut apporter (sécurité de l’emploi, régularité des revenus, facilités financières pour obtenir un crédit, congés et couverture sociale).

Néanmoins, 81% des jeunes intérrogés dénoncent son accès difficile et 37% d’entre eux estiment que se mettre à son compte est plus accessible.

De plus, la monotonie d’un poste (39%), le fait de ne pas travailler pour un projet qui n’est pas le sien (34%) et la lourdeur hiérarchique (33%) sont cités comme les principaux inconvénients du salariat.

26% des jeunes délaissent donc ce statut au profit d’une envie de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale.

Les jeunes séduits par l’entrepreneuriat pour gagner en liberté

Plus de la moitié des auto-entrepreneurs ou qui l’ont été (54%) soulignent la facilité de se mettre à leur compte. Le statut d’indépendant attire par la liberté d’être son propre patron (40%), de choisir et d’appliquer ses méthodes de travail (35%) et de travailler selon un temps choisi (30%).

Les risques financiers (52%), l’incertitude sur la régularité des revenus (46%), le manque de couverture sociale (37%) sont les principaux freins à leur volonté d’entreprendre.

Ainsi, les jeunes souhaiteraient des dispositifs d’aide à l’entrepreneuriat pour inciter davantage à se lancer. Ils préconisent :

  • une indemnisation des indépendants en cas de perte d’activité (81%),
  • une harmonisation des protections sociales entre indépendants et salariés (81%),
  • un rapprochement des systèmes de retraite entre indépendants et salariés (77%),
  • la portabilité des droits sociaux au même titre que les salariés (76%),
  • une augmentation des plafonds des chiffres d’affaires des auto entrepreneurs (70%)

Les jeunes convoitent de plus en plus l’entrepreneuriat

Les auto-entrepreneurs restent optimistes sur leur avenir à 82% contre 73% chez les salariés.

L’enquête confirme l’appétence des jeunes pour l’entrepreneuriat. Actifs, salariés, chômeurs, étudiants,... Quel que soit leur statut, 60% des jeunes de moins de 30 ans interrogés déclarent leur envie de créer une entreprise, de se mettre à leur compte, ou d’en reprendre une. 44% l’envisagent probablement.

Parmi eux :

  • 62% des hommes,
  • 58% des femmes.

26% des jeunes qui souhaitent créer ou reprendre une entreprise projettent de le faire dans les 2 ans à venir, soit 16% de l’ensemble des jeunes de 18 à 29 ans. Ces chiffres révèlent 5 millions d’entrepreneurs potentiels et près d’1,5 million d’entrepreneurs potentiels à court terme !

Si plus de la moitié (54%) souhaitent un jour se mettre à leur compte, seul 18% seraient prêts à se lancer à leur compte à titre exclusif. L’aventure entrepreneuriale est envisagée comme une activité cumulative au salariat (25%), ou alternative avec le salariat (11%).

Les jeunes souhaitent être mieux préparés à l’entrepreneuriat

Les jeunes déclarent que le système éducatif prépare mal à l’apprentissage entrepreneurial (79%) et à l’entrée dans la vie active (67%).

Ils aspirent à des mesures pour favoriser l’accès à un marché de l’emploi flexible.

Ainsi, les jeunes souhaitent :

  • plus de facilité à devenir travailleur indépendant dans leur parcours professionnel (81%),
  • la possibilité d’avoir plusieurs employeurs ou plusieurs emplois dans leur vie (80%).

Découvrez le sondage OpinionWay- les jeunes et le travail : salarié ou à son compte ?

0 commentaires

Commenter

 

Auteur

CIC

Le CIC est la banque d’une entreprise sur trois en France. Afin de mieux servir ses clients, elle met à leur disposition 2015 agences en France (Chiffres 2016), 3 succursales et 35 bureaux de représentation à l'étranger dédiés à l’accompagnement des entreprises françaises à l’international, plus de 19 000 collaborateurs.