Comment créer son propre réseau ?

Yoram Moyal est co-fondateur de Buzcard, une start-up française qui a inventé le concept innovant de la carte de visite « connectante » ; la carte de visite nouvelle génération qui combine carte physique et carte virtuelle ! Il nous explique comment créer votre propre réseau pour bien vous faire connaître.

 

Yoram Moyal : Bonjour, je suis Yoram Moyal, le co-fondateur de Buzcard. On fait des cartes de visite, mais des cartes de visite un peu intelligentes, des cartes de visite vivantes, qui se réactualisent au fil de l’eau.

Il y a un dicton américain assez fin qui dit que l’important n’est pas qui vous êtes, mais qui vous connaissez. Alors on est en grande partie fan de ce dicton, si ce n’est que ce n’est pas tout à fait vrai. L’important n’est pas d’avoir dix mille contacts ; c’est que quelques contacts très importants pensent du bien de vous au point de dire du bien de vous à quelqu’un. S’ils vous introduisent auprès de personnes, ça change tout. Bon, il y a deux manières de networker. Nous, on a démarré de rien, on ne connaissait vraiment personne, on venait du conseil. Donc il a fallu qu’on démarre. Comment ? C’est simple, on regarde d’abord tous les événements qui se situaient pas très loin de chez nous. Et puis il a fallu les lister un petit peu et puis il a fallu y aller. On a appris sur le tas. Et il y a beaucoup de choses à ne pas faire, et il y a quelques petits conseils qu’on pourrait peut-être vous donner.

En réalité c’est assez simple, on est dans l’univers de la séduction mais il ne faut pas que ça se voit. Donc la première chose à faire dans la séduction est de ne pas paraître trop demandeur. Et donc pour ne pas paraître trop demandeur, il ne faut absolument pas chercher à jouer des coudes quand quelqu’un descend d’une estrade parce qu’il était speaker et qu’on a vraiment envie de récupérer ses coordonnées, ou de lui dire quelque chose par la suite. Jouer des coudes est ce qu’il y a de pire. Finalement, c’est même limite oppressant. Au même titre, il ne faut absolument pas chercher à donner sa carte de visite à quelqu’un ; on ne sait même pas ce qu’il va en faire. Il faudrait avoir suffisamment discuté avec lui pour qu’il vous la demande, et c’est là qu’on la donne.

L’autre point important est de ne surtout pas avoir de pitch par cœur ; c’est très bien de s’entraîner mais si on a un pitch par cœur , ça fait préparé, ça ne fait pas honnête, ça ne fait pas authentique. Donc évidemment, c’est très très important de savoir pitcher, c’est fondamental de connaitre par cœur son pitch, mais pas au point de le dire par cœur. Il faut tellement le maîtriser, qu’on sort du côté « donnez-moi huit phrases et je vais vous bombarder ». Donc, l’idée n’est pas de parler 50 secondes ou 60 secondes, c’est de parler 15, 20 secondes et de donner envie à l’autre de poser une question. Et si l’autre devient du coup demandeur, là c’est gagné, parce qu’on a créé une interaction.

Bon, construire son réseau, c’est bien. Mais le plus important est de l’entretenir. Donc si on a marqué les esprits de certaines personnes, ce qu’il faut est de temps en temps se rappeler à leur bon souvenir en partageant des informations typiquement sur les réseaux sociaux. Si vous avez la chance de pouvoir être ami avec eux sur Facebook ou sur LinkedIn , vous distillez les infos. Et si en plus de cela, vous arrivez à mettre en relation deux personnes de votre réseau pour qu’elles fassent du business ou ne serait-ce que proposer, parce que ça vous semble intéressant, là elles vous seront peut-être redevables, et ça change tout. L’idée est de donner, donner, donner, sans attendre de recevoir. Et en réalité, on reçoit automatiquement.

Mise à jour de l'article initialement publié le 14 avril 2016

0 commentaires

Commenter

 

Auteur

CIC

Le CIC est la banque d’une entreprise sur trois en France. Afin de mieux servir ses clients, elle met à leur disposition 2015 agences en France (Chiffres 2016), 3 succursales et 35 bureaux de représentation à l'étranger dédiés à l’accompagnement des entreprises françaises à l’international, plus de 19 000 collaborateurs.