Le mode de management d’un cadre peut justifier la rupture de sa période d’essai

La période d’essai a pour objet d’évaluer les compétences
du salarié (C. trav. art. L 1221-20). En conséquence, pour la cour d’appel de Colmar, les qualités managériales d’un salarié appelé à occuper des fonctions de direction sont des compétences que l’employeur est en droit d’évaluer pendant l’essai. Pour les apprécier, il est fondé à retenir le ressenti des membres du personnel placés sous sa subordination.

En l’espèce, l’employeur avait mis fin à la période d’essai de 4 mois d’un directeur général adjoint au bout de 2 mois au motif
que plusieurs personnes s’étaient plaintes d’avoir été interrogées par l’intéressé sur leur vie personnelle, leur passé disciplinaire ou encore leurs origines. Le salarié estimait cette rupture abusive, arguant que ses propos constituaient des traits d’humour mal compris.

Pour la cour d’appel de Colmar, au contraire, la rupture n’est pas abusive : elle estime que l’employeur a disposé du temps
nécessaire pour évaluer le salarié et qu’il s’est fondé sur des éléments objectifs
pour rompre le contrat.